Il est possible que bientôt toutes les demandes de tracking soient bloquées au niveau du navigateur. Déjà, Firefox souhaite supprimer les cookies générés via les redirections. À long terme, cela peut mener au fait que les éditeurs ne pourront plus gagner d’argent avec des réseaux d’affiliation fonctionnant via les redirections. Heureusement, nous avons une solution.

Que ce passe-t-il?

Mozilla Firefox a annoncé ETP 2.0, une nouvelle politique anti-tracking. Toutes les 24 heures, l’algorithme du navigateur supprimera les cookies utilisés par les réseaux partenaires et autres trackers. Ce paramètre sera activé par défaut pour tous les utilisateurs du navigateur. Ainsi, Mozilla souhaite protéger les utilisateurs contre la collecte de données sans leur consentement et limiter les possibilités du suivi des redirections.

Mozilla est l’une des premières entreprises à annoncer de telles innovations, mais d’autres suivront probablement dans l’année à venir. Par exemple, Safari a déjà parlé de travail actif dans ce sens, et Google a interdit les redirections séquentielles pour les publicités Google Ads sur Android et prévoit de l’interdire pour d’autres appareils.

 

Pourquoi cette tendance est-elle dangereuse pour les éditeurs ?

Désormais, la part de marché de Mozilla est plutôt  faible (environ 8% du marché), mais si les plus gros navigateurs rejoignent la tendance et limitent le suivi de redirections par d’autres moyens, cela peut considérablement affecter tout le monde: les éditeurs, les annonceurs et les réseaux d’affiliation.

Le suivi de redirections est une méthode de tracking qui transfère des informations sur les clics de l’éditeur à l’annonceur via des liens intermédiaires. Ce sont ces liens qui peuvent finalement être affectés par les restrictions du navigateur.

Regardons ça de plus prêt sur l’exemple d’Admitad :

 

  1. L’utilisateur clique sur le lien d’affiliation qui mène à la page de l’annonceur.
  2. Il est redirigé vers le site du réseau d’affiliation (ad.admitad.com). Le site enregistre le cookie avec un numéro de clic unique (admitad_uid) dans le navigateur de l’utilisateur et redirige l’utilisateur vers le site de l’annonceur.
  3. Le site de l’annonceur conserve également la valeur admitad_uid – via les paramètres GET du lien d’affiliation.
  4. Lorsqu’un utilisateur effectue une action cible, le site de l’annonceur envoie également la valeur admitad_uid au réseau d’affiliation.

Si Firefox supprime les cookies à la deuxième étape, le suivi de cette manière deviendra impossible. Mais nous sommes sûrs qu’en fin de compte, ETP 2.0 est l’un des premiers pas non seulement vers la suppression des cookies, mais aussi vers l’interdiction totale du suivi des redirections. Si tel est le cas, l’éditeur ne pourra bientôt plus du tout  recevoir sa récompense.

 

Pourquoi cette mise à jour de Firefox n’affectera-t-elle pas les éditeurs d’Admitad?

Cela fait longtemps que nous n’avons plus besoin des cookies créés au moment de la redirection pour suivre les action cibles. L’identifiant unique du clic, par lequel Admitad détermine à qui payer la récompense, est stocké du côté de l’annonceur – avec le consentement de l’utilisateur.

De plus, nous nous préparons déjà à publier un ensemble de solutions qui n’utilisent pas de redirections pour le tracking. Ces solutions permettront aux partenaires d’Admitad de protéger leur trafic et, par conséquent, de conserver leurs revenus.

Suivez les annonces de notre blog, les newsletters et les messages de vos managers personnels – très prochainement, nous vous parlerons d’un nouvel outil, et vous aurez l’occasion de l’essayer sur votre propre site.